La place

 

Synopsis : Annie Ernaux fait le portrait de son père et partant celui du monde rural de ses origines avec lesquels, au fur et à mesure où elle accède à un univers plus petit bourgeois (le récit commence par le souvenir de son épreuve du Capes), elle prend insensiblement ses distances. Un récit distancié, sans affect ni jugement, qui témoigne admirablement de ses rapports ambivalents avec son père, à la fois fier de la réussite de sa fille et méfiant à l'égard de ce monde qu'il ne comprend pas. Pourtant, en dépit de ce parti pris stylistique, l'émotion se trouve à chaque page, l'intime est dit avec une très grande pudeur.

Mon avis : Il vaut mieux être averti et préparé sur le thème de ce roman avant sa lecture. Son écriture est simple et le contenu peut parraître ennuyeux. La relation de l'auteur avec son père oppose le monde ouvrier du lettré. Annie s'engage dans le 2ème malgré ses origines sociales, et son père ne parvient pas à la comprendre. Ce roman porte un intérêt de par son autobiographie.